top of page

LE 1ER MARS 1815: NAPOLÉON DÉBARQUE À GOLFE JUAN, LE DÉBUT DES CENT JOURS

Dernière mise à jour : 1 mars

Le 1er mars 1815, #Napoléon #Bonaparte, qui a fui l'île d'Elbe, débarque avec 900 hommes et le général Cambronne sur les plages de Golfe Juan, un village près de Toulon, et proclame: « La victoire marchera au pas de charge, l'aigle, avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher, jusqu'aux tours de Notre-Dame...». Il entame alors une marche triomphale sur Paris qui lui permet de reprendre le pouvoir jusqu'à la bataille de Waterloo.


LE 1ER EXIL DE NAPOLÉON ET LA FUITE DE L'ÎLE D'ELBE


Au mois d'avril 1814, Napoléon a abdiqué en signant le traité de Fontainebleau. Les Anglais l'exilent alors sur l'île d'Elbe, une petite île de pêcheurs entre la Corse et l'Italie, dont Bonaparte devient l'empereur.

À Paris, le frère de Louis XVI fait son retour et restaure la monarchie des Bourbons sous le nom de Louis XVIII en accordant néanmoins des concessions par la charte de 1814 qui garantie la liberté de la presse et l'existence d'un parlement élu par les plus riches. Louis XVIII se rend néanmoins impopulaire auprès de l'armée: pour redresser les finances, il réduit de 70% le budget militaire et met au chômage la moitié des soldats tandis que la solde des officiers vétérans est diminué de moitié, on parle des "demi-soldes".

Le congrès de Vienne réunit la plupart des états européens pour décider le remodelage des frontières et la restauration des anciennes dynasties après la chute de l'Empire français. Talleyrand, l'ancien ministre des affaires étrangères de Napoléon qui l'a trahi, y représente la France: il soutient le rétablissement de monarchies absolues en Europe (un souhait des Autrichiens, des Prussiens et des Russes) sauf en France et obtient que le pays revienne aux frontières de 1789. Talleyrand émet aussi l'idée qu'il faudrait exiler Napoléon Bonaparte sur l'île de Saint-Hélène, au milieu de l'océan Atlantique, et de le priver de sa famille, afin d'éloigner ce symbole aux yeux de nombreux européens mécontents du retour de l'absolutisme.

Napoléon qui se lasse de son rôle de souverain fantoche sur l'île d'Elbe et qui a vent des projets de Talleyrand décide de s'enfuir. Le 26 février 1815, Napoléon profite de l'absence de l'officier anglais chargé de sa surveillance, le commandant Campbell qui est allé rejoindre une belle à Livourne: il quitte Potoferraio, la capitale de l'île, sur le brick l'Inconstant accompagné de 6 autres navires et de 900 soldats commandés par le général Cambronne.


 Napoléon quittant l’île d’Elbe, le 26 février 1815


LE VOL DE L'AIGLE


 Proclamation du 1er mars 1815

Le 1er mars 1815, Napoléon Bonaparte et ses 900 grenadiers débarquent sur les plages de Golfe-Juan, près de Toulon, et aussitôt l'empereur fait une proclamation  devant ses soldats et ceux venus le saluer: « La victoire marchera au pas de charge, l'aigle, avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher, jusqu'aux tours de Notre-Dame... ». Il décide de ne pas passer par la vallée du Rhône, où se trouve de nombreux monarchistes, mais par les Alpes et le 4 mars il arrive à Digne.

Le 7 mars, l'histoire bascule dans le village de Laffrey, près de Grenoble, Napoléon et ses quelques hommes se trouvent nez à nez devant les troupes royales venues s'emparer de lui.  Le capitaine Randon donne l'ordre aux soldats d'ouvrir le feu sur Napoléon, ces derniers hésitent jusqu'à ce que Bonaparte ne leur déclare: "Soldats, je suis votre empereur, si il en est un parmi vous qui veuille me tuer, me voilà!". Cet acte de bravoure emporte la troupe qui se rallie à lui, Napoléon fait une entrée triomphale dans Grenoble le soir même.


 Le ralliement du 7e d’infanterie de ligne à l'Empereur, le 7 mars 1815

Le 11 mars, il, est à Lyon et rétablit le drapeau tricolore, et le 18 mars à Auxerre, le maréchal Ney qui avait promit à Louis XVIII de le "ramener dans une cage de fer" se rallie à lui. Dès lors, Chateaubriand, pourtant un fidèle du roi, écrit que "les aigles (symbole de Napoléon) entraient par les fenêtres, et les dindons (les monarchistes) sortaient par les portes"; lui-même s'enfuit avec Louis XVIII à Gand. Le 20 mars, Napoléon dort aux Tuileries.


LES CENT JOURS


Napoléon espère qu'il pourra obtenir la neutralité de la Russie et de l'Autriche, après tout, François Ier, l'empereur d'Autriche, est son beau-père, mais les deux empires refusent de recevoir ses émissaires. Dès le 25 mars, une 7e coalition européenne contre la France déclare la guerre à "l'usurpateur", elle est composée des fidèles de Louis XVIII, du Royaume-Uni, de la Prusse, de la Hollande, de la Russie, de l'Autriche, de la Suède, de l'Espagne et du Portugal. Cette coalition peut compter théoriquement sur 800 000 hommes mais il faut le temps de les mobiliser, des troupes britanniques, dirigées par le duc de Wellington, et des troupes prussiennes, dirigées par Blücher, se mettent déjà en route vers la Belgique.

Pendant se temps là, Napoléon cherche à se rendre populaire en promulguant, le 22 avril, un acte additionnel à l'Empire rédigé par Benjamin Constant, qui garanti la liberté totale de la presse et un pouvoir partagé avec le parlement. Il compose un nouveau gouvernement avec le maréchal Davout à la Guerre, Fouché à la Police, Cambacérès à la Justice, Mollien aux Finances, Decrès à la Marine, Caulaincourt aux affaires étrangères et Lazare Carnot à l'Intérieur.


WATERLOO, "MORNE PLAINE"


Enfin, Napoléon saisit qu'il se doit d'agir vite avant que la coalition n'ait eut le temps de se cordonner et veut attaquer les troupes prussiennes et britanniques, qui le guettent en Belgique, séparément. Il envisage d'abord d'attaquer les Prussiens à Charleroi, mais le maréchal Soult se trompe et ordonne aux renforts d'attaquer Mons. Napoléon reporte son attaque mais son plan est désormais connu de ses ennemis: Anglais et Prussiens se rapprochent. Le 18 juin 1815, dans "la morne plaine" de Waterloo , à 20 kilomètres au sud de Bruxelles, Napoléon Bonaparte, qui a pourtant connu plus de victoires que Jules César et Alexandre le Grand réunit, est définitivement défait.


Clément-Auguste Andrieux, Bataille de Waterloo. 18 juin 1815 (1852)

Louis XVIII rentre d'exil et remonte sur le trône dans "les fourgons de l'Étranger" tandis que le préfet de la Seine venu l'accueillir, Chabrol de Volvic, invente l'expression Cent jours pour désigner la courte période durant laquelle Napoléon Bonaparte a fait un baroud d'honneur.

Ce dernier est alors exilé sur l'île volcanique de Sainte-Hélène, au milieu de l'océan Atlantique à mi distance entre les côtes d'Afrique et le Brésil. Il y meurt en 1821 avant que le roi Louis-Philippe ne décide de rapatrier son corps en 1840 aux Invalides.

 

Comments


bottom of page