top of page

LE 24 FÉVRIER 1670: LOUIS XIV ORDONNE LA CONSTRUCTION DES INVALIDES

Dernière mise à jour : 13 mars

L'Hôtel des Invalides  dont le dôme doré domine la quartier du Gros Caillou dans l'Ouest parisien est aujourd'hui le musée de l'armée en même temps qu'un panthéon militaire puisqu'on y trouve le coeur de Vauban, la tombe de Turenne et des principaux généraux de l'armée française (Marceau, Lyautey, Foch, Nivelle, Mangin, Leclerc, Juin...) et surtout celles de Napoléon Bonaparte et de son fils, l'Aiglon.


Louis XIV ordonnant la construction des Invalides, vers 1670
Louis XIV ordonnant la construction des Invalides, vers 1670

LA CONSTRUCTION DE L'HÔTEL DES INVALIDES SOUS LOUIS XIV


Le projet d'un Hôtel pour accueillir les invalides de guerre remonte au règne d'Henri II, le 24 février 1670 un édit royal de Louis XIV ordonne la construction de l'Hôtel des #Invalides  afin que « ceux qui ont exposé leur vie et prodigué leur sang pour la défense de la monarchie (…) passent le reste de leurs jours dans la tranquillité ».

Les motifs sont aussi politiques: il s'agit de redorer l'image de Louis XIV auprès des soldats en vu de futures conquêtes et d'encadrer les soldats démobilisés dont certains se livraient à la mendicité et aux chapardages.

C'est la plaine de Grenelle encore peu urbanisée qui est choisie pour ce chantier qui est le 2e plus grand (après Versailles) du règne de Louis XIV.

La construction est confiée à l'architecte Libéral Bruant, qui a déjà réalisé l'Hospice de la Salpêtrière (aujourd'hui un hôpital), dont le plan s'inspire de l'Escurial de Madrid. Les travaux commencent en 1671 et, dès 1674, l'Hôtel des Invalides accueille ses premiers pensionnaires. En 1676 Jules Hardouin-Mansart reprend le chantier  et débute la construction de l'église des Invalides dont les travaux sont achevés en 1706 .

Cet Hôtel des Invalides pouvait accueillir environ 1500 pensionnaires logeant dans des chambrée de 6 ou 8. Ils étaient soumis à une discipline stricte, devaient porter l'uniforme et assister à la messe tous les jours, tandis que 30 soeurs de la Charité assuraient leurs soins.

Sous le règne de Louis XV et Louis XVI, l'Hôtel des Invalides est délaissé au profit de l'école militaire.


Louis XIV visitant les Invalides en 1706
Pierre-Denis Martin, Louis XIV visitant les Invalides en 1706


LES INVALIDES SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE


Le 14 juillet 1789, les parisiens entourent les Invalides et réclament les armes qui s'y trouvent. Le gouverneur, le marquis de Sombreuil, ordonne de faire feu sur la foule, mais les pensionnaires invalides ouvrent les grilles qui s'emparent de 32 000 fusils et de 27 canons  avant de se diriger vers la forteresse de la Bastille pour s'emparer de la poudre.

En 1791, il est question de transformer les bâtiments en prison, puis en 1793 et 1794 les emblèmes royaux et symboles religieux sont martelés, tandis que l'église Saint-Louis des Invalides devient un Temple de Mars pavoisé par les drapeaux pris à l'ennemi.


Le 14 juillet 1789, les sans-culottes s'emparent de canons et de fusils aux Invalides
Jean-Baptiste Lallemand, le 14 juillet 1789

Napoléon inaugure la tradition de panthéon militaire des Invalides en y faisant transférer, en 1800, la tombe du maréchal de Turenne (Henri de la Tour d'Auvergne, le plus grand chef de guerre du règne de Louis XIV), puis, en 1809, le coeur de Vauban. Il choisit aussi les Invalides pour y remettre la légion d'honneur en 1804  . Enfin il charge Pierre Cartellier de refaire les statues, dont le haut-relief de Louis XIV au dessus de la porte d'honneur, détruites durant la Révolution.


Première distribution des décorations de la Légion d'honneur par Napoléon Bonaparte dans l'église des Invalides, le 14 juillet 1804
Jean-Baptiste Debret, Première distribution des décorations de la Légion d'honneur dans l'église des Invalides, le 14 juillet 1804

LES INVALIDES DE 1815 À NOS JOURS


Le 15 décembre 1840, le roi Louis-Philippe organise le retour des cendres, soit le rapatriement du corps de Napoléon de l'île de Saint-Hélène jusqu'à l'église des Invalides lors d'une cérémonie grandiose . Il repose aujourd'hui dans un tombeau achevé en 1861 et conçu par l'architecte Louis Visconti.


Le char funèbre de Napoléon se dirige vers les Invalides
Le char funèbre de Napoléon se dirige vers les Invalides, d'après Adolphe Jean-Baptiste Bayot et Eugène Charles François Guérard.

Le rôle d'accueil des soldats invalides décline après la guerre de 1870 au profit d'une fonction pédagogique: à partir de 1872, les Invalides servent aussi de musée de l'Artillerie qui devient, en 1896, le musée historique des armées.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands pillent le musée et transforment les Invalides en service de l'Etat major. Ils transfèrent aussi le corps de l'Aiglon, le fils de Napoléon, le 15 décembre 1940, soit cent ans après celle de son père.

Comments


bottom of page