top of page

ABRAHAM LINCOLN (1809-1865)

Dernière mise à jour : 13 mars

Abraham Lincoln est le 16e président des États-Unis, il a été élu en 1861 et réélu en 1865 avant d'être assassiné le 14 avril 1865 à Washington par un conjuré sudiste. Premier président du parti républicain élu, il a mené avec succès l'Union contre les États confédérés lors de la Guerre de Sécession (1862-1865) et permis l'adoption du XIIIe amendement qui abolit l'esclavage dans tous les états des États-Unis en 1865.


UN AUTODIDACTE ISSU D'UNE FAMILLE MODESTE


Abraham Lincoln est né en 1809 dans une cabane de rondins du comté de Hardin (état du Kentucky) de parents illettrés. Il est prénommé Abraham d'après le nom de son grand-père paternel tués par des Indiens. En 1816 sa famille déménage dans le Sud-Ouest de l'Indiana et son père charpentier devient fermier. Alors qu'il n'a que neuf ans, sa mère décède de la "maladie du lait" à 34 ans. Son père se remarie avec une veuve ayant 3 enfants et bien que les conditions matérielles s'améliorent, le jeune Abraham Lincoln ne va à l'école qu'irrégulièrement car il aide ses parents dans les champs. Après la mort de sa soeur aînée, Sarah, la famille Lincoln déménage dans l'Illinois. Abraham Lincoln fait divers métiers: magasinier, valet de ferme, bûcheron, à 22 ans il voyage avec un ami jusqu'à la Nouvelle-Orléans en descendant le Mississippi ce qui lui donne l'occasion de voir la condition des esclaves dans les plantations du Sud des États-Unis. Il s'engage ensuite dans une milice pour combattre les Indiens Black Hawks, puis il apprend le droit en autodidacte avanr de devenir avocat itinérant et de finalement s'établir à Springfield dans l'Illinois.


LES PREMIERS ENGAGEMENTS POLITIQUES AU SEIN DU PARTI WHIG


À Springfield, Abraham Lincoln s'engage aussi en politique au sein du parti whig, un parti libéral rival du parti démocrate, et est élu à la Chambre des représentants de l'Illinois en 1834. Après un premier amour malheureux (sa fiancée est morte de la typhoïde), le grand Abraham Lincoln (1m 92) courtise la fille d'un propriétaire d'esclaves, Mary Ann Todd, qu'il épouse finalement en 1841.

Abraham Lincoln en 1846 (il a 37 ans)

Après son élection au Congrès fédéral de Washington en 1846, il s'oppose à la guerre contre le Mexique au sujet du Texas. La victoire des États-Unis dans cette guerre en 1848 suscite la création de nouveaux états: le Nouveau-Mexique, l'Arizona, le Nevada, l'Utah et la Californie; et une question se pose: faut-il autoriser "l'institution particulière" (l'esclavage) dans ces nouveaux états? Certains y sont favorables, d'autres souhaitent l'interdire, tandis qu'une 3e tendance (à laquelle appartient Abraham Lincoln) juge que l'esclavage est moralement inacceptable mais juridiquement inattaquable.

En 1854, le bill Kansas-Nebraska du sénateur démocrate, Stephen Douglas, autorise les électeurs à choisir si l'esclavage sera ou non autorisé dans leur état. Ce bill contredit le compromis du Missouri de 1820 qui prévoyait que les états seraient obligatoirement libres au nord de la Mason & Dixon Line, et esclavagistes au sud. Abraham Lincoln revient en politique et se fait connaître par une série de débats qui l'oppose à Stephen Douglas en 1858.


LE 1ER MANDAT MARQUÉ PAR LA GUERRE DE SÉCESSION (1861-1865)


Daguerréotype de Lincoln par Alexander Gardner en 1863

Lors de la campagne électorale pour l'élection présidentielle de 1860, le parti démocrate se divise en deux camps: les plus modérés qui souhaitent le droit des états à l'autodétermination en matière d'esclavage choisissent Stéphane Douglas, les partisans de l'esclavage choisissent le vice-président en exercice, John Breckinridge. Quant à Abraham Lincoln il est le candidat du parti républicain, un nouveau parti fondé en 1854 par ceux qui au sein du parti whig ou du parti démocrate sont opposés à l'esclavage. Lors de sa campagne, une petite fille de onze ans, Grace Bedell, lui écrit pour lui suggérer de se raser la barbe ("Vous seriez beaucoup plus beau car votre visage est si maigre!"). Il suit ce conseil et, grâce à la division du camp démocrate, est élu au mois de novembre 1860 avec à peine 40% des voix (le score le plus faible de l'histoire américaine), il garde sa barbe et la postérité le retient ainsi.

Avant même son investiture, la Caroline du Sud décide, le 20 décembre 1860, de faire sécession. Elle est suivie par sept autres états qui forment les États confédérés (la Caroline du Sud, le Mississippi, la Floride, l'Alabama, la Géorgie, la Louisiane et le Texas).


Les États-Unis lors de la guerre de Sécession. En bleu les États de l'Union ; en bleu clair, les États de l'Union où l'esclavage était autorisé. En rouge, les États confédérés. En blanc, les territoires qui n'étaient pas encore des États, essentiellement sous le contrôle de l'Union.
Les États de l'Union (en bleu) face aux États confédérés (en rouge)


Abraham Lincoln cherche d'abord un compromis et propose lors de son discours d'investiture, le 4 mars 1861, d'autoriser les états où l'esclavage existe à le conserver, à la condition que l'esclavage ne soit pas autorisé dans de nouveaux états.

Devant le refus des États confédérés, il suspend l'habeas corpus, ordonne, dès le mois d'avril, le blocus des ports sudistes et lève 75 000 miliciens. La première bataille de la Guerre de Sécession, appelée Civil War aux États-Unis, a lieu le 21 juillet 1861 de part et d'autre de la rivière Bull Run à 60 km au sud de Washington, c'est une victoire sudiste. Dans un premier temps l'Union est en difficulté et Lincoln n'abolit pas l'esclavage car il a pour priorité la préservation de l'unité des États-Unis. Cinq jours après la victoire de l'Union à Antietam (le 17 septembre 1862), Abraham Lincoln proclame l'abolition de l'esclavage. Il se mêle personnellement de la conduite de la guerre en promouvant des généraux adeptes de l'offensive comme George McCellan, Ulysse S. Grant ou William Sherman. La victoire des unionistes à Gettysburg, du 1er au 3 juillet 1863, où le général Lee subit sa première défaite marque un tournant de la guerre.


Timothy O'Sullivan, A Harvest of Death, 1863

Durant la guerre de Sécession, le Congrès américain continue son oeuvre législative avec par exemple la décision de construire un chemin de fer transcontinental (inauguré en 1869) et l'adoption du Homestead Act qui favorise l'installation de colons dans l'Ouest en leur vendant des terres à prix modiques.

Lors de la campagne électorale de 1864 son principal rival est le général McCellan qui souhaite une politique de conciliation avec les États confédérés du Sud, tandis qu'Abraham Lincoln défend la guerre à outrance.


LE DEUXIÈME MANDAT D'ABRAHAM LINCOLN ET SON ASSASSINAT


Abraham Lincoln est réélu en novembre 1864 et, le 3 avril 1865, le général Grant s'empare de Richmond, la capitale des États confédérés, tandis que le président des états rebelles, Jefferson Davis, s'enfuit. Le général Lee se rend aussi et, le 26 avril 1865, la reddition du général Joseph Johnston marque la fin de cette guerre civile qui, sur 30 millions d'habitants, en a mobilisé 4 millions et fait 617 000 morts (359 000 chez les nordistes et 258 000 chez les confédérés).

Un dernier général sudiste et chef cherokee, Stand Watie, continue néanmoins les combats et ne se rendra qu'au mois de juin 1865. Cela convainc certains sudistes qu'ils peuvent encore renverser le cours de l'histoire: parmi eux un groupe de sept hommes (Samuel Arnold, George Atzerodt, David Herold, Michael O'Laughlen, Lewis Powell, John Surratt et un acteur de théâtre, John Wilkes Booth) projettent d'enlever le président Lincoln. Le 4 mars 1865, Booth assiste au discours d'investiture du second mandat d'Abraham Lincoln et l'entend promettre d'autoriser le droit de vote des noirs ce qui le renforce dans sa conviction qu'il doit agir.


L'assassinat d'Abraham Lincoln (image de 1900)

Le 14 avril 1865, tandis qu'il assiste avec sa femme à une représentation au théâtre Ford (à Washington) de la pièce, Our American Cousin, Abraham Lincoln est abattu par John Wilkes Booth d'une balle dans la nuque au cri de : "Sic Semper tyrannis" ("ainsi périssent les tyrans" propos attribués à Brutus lors de l'assassinat de Jules César et devise de l'état de Virginie).

L'ancien président est inhumé au cimetière d'Oak Ridge à Springfield dans l'Illinois, tandis que le XIIIe amendement abolissant l'esclavage dans l'ensemble des États-Unis est voté au mois de décembre 1865.

Le président Lincoln est certainement le plus représenté et célébré par les arts que se soit les sculptures du Mont Rushmore ou le poème, O Captain, My Captain de Walt Withman.


le Mont Rushmore (Lincoln est à droite)

Commentaires


bottom of page