top of page

LE 3 MARS 1861: LE TSAR ALEXANDRE II ABOLIT LE SERVAGE EN RUSSIE

Dernière mise à jour : 13 mars

Le 3 mars 1861, le tsar Alexandre II abolit le servage en Russie, cela lui vaudra le surnom de "tsar libérateur", mais la question agraire ne sera pas réglée pour autant et il sera assassiné par un groupe anarchiste en 1881.


Grigori Miassoïedov, Lecture de la déclaration d'abolition du servage, 1881

LE SERVAGE EN RUSSIE


Si en Europe occidentale le servage disparaît à partir du XIVe siècle, la Russie connaît le mouvement inverse: le servage se développe à partir du règne d'Ivan III (1462-1505) et se généralise au XVIIIe siècle sous les règnes de Pierre le Grand et Catherine II. On distingue les serfs d'état (parmi eux les serfs employés dans les manufactures et les serfs militaires) et les serfs privés soit domestiques soit attachés à une terre et dépendant d'une des 100 000 familles nobles de l'Empire. Au début du XIXe siècle, on peut estimer que sur 60 millions d'habitants la #Russie compte 20 à 40 millions de #serfs, soit plus de la moitié des paysans. Ces serfs pouvaient être vendus (contrairement aux serfs d'Europe occidentale) et ne pouvaient quitter leur terre, ils dépendaient d'une communauté villageoise, le mir, qui répartissait les terres à cultiver. Certains paysans ont tenté de fuir vers les confits de l'Empire russe (en Ukraine ou en Sibérie) et sont parfois devenus des cosaques ou de simples paysans libres au service de seigneurs, tandis que plusieurs révoltes paysannes contre ce servage ont jalonné l'histoire russe (les soulèvements d'd'Ivan Bolotnikov et Stenka Razine au XVIIe siècle, de Boulavine ou Pougatchev au XVIIIe siècle).


Nikolaï Nevrev, Vente d'une serve, 1866

L'ABOLITION DU SERVAGE


Le #servage est pourtant l'objet de critiques, notamment de la part des écrivains occidentalistes (qui, à l'inverse des slavophiles, veulent réformer la Russie sur le modèle de l'Europe occidentale) comme Nicolas Gogol qui publie les Âmes mortes en 1842, ou Ivan Tourgueniev qui écrit en 1852 un recueil de nouvelles dénonçant le servage, Mémoires d'un chasseur, ce qui lui vaut une peine de prison à l'Amirauté.



Alexandre II de Russie en 1878 ou 1881

La défaite de la Russie face au Royaume-Uni et la France lors de la Guerre de Crimée (1853-1856) incite le jeune #tsar Alexandre II (il a 37 ans lorsqu'il monte sur le trône en 1855) à vouloir une modernisation du pays qui le pousse à de grandes réformes libérales comme l'assouplissement de la censure, une réforme de la justice et de l'armée, et surtout l'abolition du servage le 3 mars 1861 (ou le 19 février selon le calendrier julien en vigueur dans l'Empire des tsars). Cette mesure, qui lui vaut le surnom de "tsar libérateur" est néanmoins progressive, elle ne s'applique d'abord que dans les grands domaines de la noblesse russe, puis dans les territoires de l'ancienne Pologne en 1864 (à la suite d'un soulèvement en 1863) et aux serfs d'état qu'en 1866.


UNE QUESTION AGRAIRE RÉCURRENTE


L'abolition du servage n'a pas réglé le problème agraire car de nombreux affranchis n'ont pas les moyens d'acheter des terres et se voient contraints de louer leur services à leurs anciens maîtres sans que leurs conditions ne s'améliorent réellement.

De plus Alexandre II est assassiné par des terroristes, que l'on peut qualifier de nihilistes ou populistes, du groupe Narodnaïa Volia (Volonté du peuple) lors d'un attentat à la bombe à Saint-Petersbourg en 1881 (là où s'élève aujourd'hui la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé). Son fils et successeur, Alexandre III, va alors mener une politique réactionnaire et répressive.

À la veille des révolutions russes de 1917, 60% des paysans russes (soit 80% de la population) ne possèdent pas de terre et, réduits à la misère, sont contraints de louer leur travail à la journée ou à la saison. Les bolchéviques vont chercher à les séduire avec le slogan "la paix, le pain et la terre" et l'une des premières décisions de Lénine est un décret sur la terre (26 octobre 1917) qui légitime les appropriations de terre par les paysans au détriment des anciennes familles nobles. Le Grand Tournant de 1929, voulu par Staline, qui impose aux paysans d'appartenir à un kolkhoze ou un sovkhoze rappelle pourtant (toutes proportions gardées) le servage puisqu'il prive la paysannerie d'une propriété individuelle et l'oblige à dépendre d'une communauté à l'instar des mirs de l'époque tsariste.

27 vues0 commentaire

Comments


bottom of page